Coûts : Les caisses enregistreuses ne paient généralement rien

Tout d’abord, la plupart des traitements au laser ne sont pas couverts par l’assurance maladie. Seulement si elles sont médicalement nécessaires, le patient n’a rien à payer. Cela s’applique, par exemple, au traitement des condylomes (verrues génitales) ou des hémangiomes, cicatrices et modifications cutanées après un accident.

Le coût des autres traitements dépend de la charge de travail du médecin. Les traitements moins invasifs, tels que l’effacement de tatouage, l’épilation, la couperose et les taches de vieillesse, s’élèvent souvent à seulement quelques centaines d’euros. Les traitements invasifs, comme le surfaçage au laser, peuvent coûter jusqu’à 3000 euros.